Louise Paillé

PHOTO : Christiane SImoneau



naître – transparaître – disparaître – renaître

Techniques mixtes, installation



Ce récent travail combine une technique rudimentaire (le tricotin) et une matière première usuelle (la fibre) pour produire un matériau très souple, malléable et flexible permettant une grande polyvalence de stratégies formelles et un ample pouvoir d’évocation. Tout repose sur un savoir-faire domestique sans fine technologie et sans grand appareillage.

À l’atelier, à mesure que le tricotin s’étire, les explorations d’organisation spatiale s’échafaudent autour de possibles boudinages, cercles concentriques, sphères organiques, torsades, amas épars…

Un parcours se profile, 4 espace-temps suggestifs s’ébauchent :



naître, comme par magie

transparaître, comme par enchantement

disparaître, comme par inadvertance

renaître, comme par miracle



4 lieux, 4 temps, 4 mouvements. Un rythme surgit, la matière se comprime, s’allège, chute, s’enroule en circonvolutions dans une éclosion explosive de couleurs.


Photo : Martin Lavoie

Entraîné par les volutes de tricotin, le visiteur déambule dans l’écho de ces mondes, capte les éclats de couleurs, frôle les textures, contourne les configurations, se fraie un passage au détour des virevolutions qui magnétisent le regard et font vibrer les sens. Entre arrêt et tournoiement, entre expansion et contraction, entre lourdeur et volatilité, des histoires s’inventent, une danse s’improvise sur la courbure des pourtours.

Louise Paillé Notre-Dame-du-Mont-Carmel


Artiste multidisciplinaire, Louise Paillé squatte le milieu des arts depuis des lustres avec des installations, actions, écrits, infiltrations…. Détentrice d’une maîtrise en Histoire de l’art et d’un doctorat en Études et pratique des arts elle est l’auteur de Livre-livre. La démarche de création. Au rythme des travaux et des jours, elle poursuit sa démarche, ses recherches théoriques et ses interventions lors de colloques, tables rondes, ateliers.

Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant