Pierre Landry

Portrait de Pierre Landry - 2018

PHOTO : Pablo Poblete

Pierre Landry était avant tout un Homme d’exception d’une grande générosité, d’une profonde intégrité et d’une modestie hors pair, comme il l’a témoigné passionnément tout au long de sa vie (1939-2018)


Trifluvien d’origine, l’artiste Pierre Landry grandit dans un milieu familial où la musique classique, la chanson et la danse nourrissent ses actions quotidiennes. Son père Monsieur Raoul Landry fait partie des membres fondateurs de la chorale Orphéon de Trois-Rivières et sa mère Madame Berthe Dufresne adore danser. Dès ses 11 ans, son intérêt pour la sculpture se manifeste auprès de son oncle Donat Dufresne amateur de bateaux, en sculptant de petits bateaux avec son canif à la manière de Léo Arbour, sculpteur de Pointe-du-Lac. Déjà à l’époque, l’artiste Pierre Landry baigne dans l’effervescence suscitée par la parution en 1948 du livre Refus global, manifeste décriant le conservatisme politique et religieux de la société québécoise. Après ses études primaires et secondaires à Trois-Rivières, il étudie à l’école des Beaux-Arts de Montréal en pleine Révolution tranquille, caractérisée par d’importants changements sociaux.


Par la suite, il revient dans sa ville natale, où il poursuit avec fougue sa création et son investissement dans le développement et la mise en valeur de la vie artistique régionale, nationale et internationale.

Trifluvien d’origine, l’artiste Pierre Landry grandit dans un milieu familial où la musique classique, la chanson et la danse nourrissent ses actions quotidiennes. Son père, Monsieur Raoul Landry, fait partie des membres fondateurs de la chorale Orphéon de Trois-Rivières et sa mère, Madame Berthe Dufresne, adore danser. Dès ses 11 ans, il manifeste son intérêt pour la sculpture auprès de son oncle Donat Dufresne, amateur de bateaux, en sculptant de petits bateaux avec son canif à la manière de Léo Arbour, sculpteur de Pointe-du-Lac. Déjà à l’époque, l’artiste Pierre Landry baigne dans l’effervescence suscitée par la parution en 1948 du livre Refus global, manifeste décriant le conservatisme politique et religieux de la société québécoise. Après ses études primaires et secondaires à Trois-Rivières, il étudie à l’École des Beaux-Arts de Montréal en pleine Révolution tranquille, caractérisée par d’importants changements sociaux. Par la suite, il revient dans sa ville natale, où il poursuit avec fougue sa création et son investissement dans le développement et la mise en valeur de la vie artistique régionale, nationale et internationale.


Figure marquante de l’art géométrique constructif au Québec, le sculpteur Pierre Landry s’insère dans cette nouvelle génération d’artistes québécois des années soixante qui enrichissent et contribuent à l’évolution du concept esthétique historique de l’art géométrique constructif du début du vingtième siècle. Il joue un rôle déterminant dans le développement des arts en Mauricie en faisant partie des fondateurs du département des arts visuels et de la Galerie d’art de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et en enseignant la sculpture durant 30 années au département des arts visuels. Il s’investit au fil de son parcours dans la réalisation de diverses œuvres d’intégration à l’architecture dans la ville de Trois-Rivières, dont « Le couple », deux cubes monumentaux sur la place d’accueil de l’UQTR.



PIERRE LANDRY - Le couple

PHOTO : Christiane Simoneau



PIERRE LANDRY

L'Éclair 1967,

Acier, 1,6 m x 3,1 m x 5,8 m

PHOTO : Chriistiane Simoneau

Ses œuvres se retrouvent dans des collections privées et publiques, comme celles de la Ville de Trois-Rivières et du Musée d’art contemporain de Montréal. Il participe à différentes expositions de groupe et s’implique dans des organismes culturels, dont la Biennale nationale de sculpture contemporaine, la Galerie d’art du Parc, la Fenêtre ainsi que le Centre d’art de Trois-Rivières.


La majorité de l’œuvre artistique du sculpteur Pierre Landry a été créée avant 1998 pour reprendre en 2016. Durant cette période d’entre-deux, il se consacre à son entreprise UNICONCEPT, qui œuvre auprès d’entreprises et organismes québécois. Il agit comme consultant en design appliqué et réalise des prototypes industriels et architecturaux, accomplit des études et travaux de recherche en étroite collaboration avec des architectes, des designers et des ingénieurs.De plus, il s’adonne en parallèle à sa passion de restaurer des motos anciennes et des véhicules nautiques et routiers de collection, avec ses complices et amis Gaétan Leclerc et Benoît Houle.


J’ai eu le privilège de connaître Pierre Landry lorsque j’étais à la direction de la Biennale nationale de céramique, devenue en 2003 la Biennale nationale de sculpture contemporaine, dont il a été nommé président en 1985. Nous avons travaillé ensemble au sein de l’organisation durant 33 années à relever défi après défi. Il a manifesté à mon égard une confiance presque absolue et une alliance indéfectible dans les 17 biennales canadiennes avec volet international que nous avons organisées et présentées. Il était présent, attentif et en mode résolution de problèmes. C’est au cours de ces années qu’une grande amitié est née entre nous.

Au fil de mes recherches dans les archives appartenant à l’artiste et devant l’importance des découvertes réalisées, ce qui devait être sa première exposition solo à Trois-Rivières devient une exposition Hommage, afin d’éviter que l’ampleur de cetterichesse artistique se perde ou sombre dans l’oubli. Ce projet d’envergure, prévu pour l’automne 2018, fait naître des étoiles dans les yeux de Pierre Landry. Déjà affaibli par la maladie, le sculpteur se met à l’œuvre avec beaucoup d’espoir, de force et de courage. Dès le printemps 2017, il termine plusieurs œuvres déjà commencées, restaure de nombreuses pièces et amorce la création d’une œuvre de grandes dimensions pour la 8e Biennale nationale de sculpture contemporaine 2018, en tant qu’invité d’honneur. Mon accompagnement dans les différentes étapes de son travail me permet de témoigner de la passion, de la rigueur, du perfectionnisme et du professionnalisme de ce grand artiste qu’était Pierre Landry. Ce regard rétrospectif sur la carrière artistique du sculpteur se veut une occasion spéciale de mettre en valeur et de faire connaître au grand public, aux artistes d’ici et d’ailleurs ainsi qu’aux générations artistiques émergentes l’envergure, l’importance de son œuvre et son apport au patrimoine artistique culturel québécois. Plus d’une centaine d’œuvres sont exposées à la Galerie d’art du Parc, au Centre d’exposition Raymond-Lasnier et à la Galerie d’art R3. Œuvres par lesquelles le sculpteur Pierre Landry continue à vivre parmi-nous.


Mes sincères remerciements vont à Pierre Landry pour sa profonde amitié, sa grande complicité et sa disponibilité jusqu’à ses derniers instants de vie. Je tiens à remercier également ses enfants Anouk, Isabelle et Étienne pour leur appui, Lise Barbeau pour son aide grandement appréciée, Marie-Andrée Levasseur, Marie-Ève Bérubé et l’équipe du Centre d’exposition Raymond-Lasnier, Lorraine Beaulieu et Philippe Boissonnet de la Galerie d’art R3, Lynda Baril et Audrey Labrie de la Biennale nationale de sculpture contemporaine pour leur fructueuse collaboration, l’artiste vidéaste Carolane Saint-Pierre pourla réalisation de la remarquable vidéo sur le sculpteur, le poète Pablo Poblète pour ses précieux et judicieux conseils, Gaston Bellemare et Maryse Baribeau du Festival International de la Poésie, Monique Lamothe, compagne des trois dernières années du sculpteur Pierre Landry, ainsi que les membres du conseil d’administration et l’équipe de la Galerie d’art du Parc pour leur féconde participation. L’exposition a également été rendue possible grâce à l’aide financière du Conseil des arts et des lettres du Québec, du ministère de la Culture et des Communications du Québec, de Culture Trois-Rivières, du Syndicat des chargés de cours de l’UQTR, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, d’Étienne Landry et de Michel Lavergne, fils et gendre de l’artiste, ainsi que de plusieurs partenaires privés et publics.


L’exposition Pierre Landry 50 années de création, Hommage à l’Homme au cœur même de son œuvre !


Christiane Simoneau, commissaire de l’exposition Hommage Directrice générale de la Galerie d’art du Parc



(version anglaise)

Pierre Landry: Sculptor/50 Years of Creativity A Tribute to a Man and His Work

Pierre Landry was, above all, an exceptional man with great generosity, profound integrity and unparalleled modesty, qualities he passionately demonstrated throughout his life (1939–2018).


Born in Trois-Rivières, artist Pierre Landry grew up in a family environment where classical music, singing and dancing nourished his daily life. His father, Mr. Raoul Landry, was one of the founding members of the Orphéon Choir of Trois-Rivières and his mother, Ms. Berthe Dufresne loved to dance. At the age of 11, Pierre expressed his interest in sculpture to his boat-loving uncle Donat Dufresne and started sculpting small boats with his penknife like Léo Arbour, sculptor from Pointe-du-Lac. Already, he was surrounded by the excitement sparked by the publication in 1948 of the Refus Global, a manifesto opposing the political and religious conservatism of the Québec society. After completing his elementary and secondary school in Trois-Rivières, he studied at the École des Beaux-Arts in Montréal during the Quiet Revolution, a period marked by significant social changes. Subsequently, he returned to his hometown where he ardently pursued his creative work and his investment in the development and enhancement of the regional, national and international arts community.


A defining figure in the field of constructive geometric art in Québec, Pierre Landry was part of this new generation of 1960s artists who enriched and contributed to the evolution of the aesthetic historical concept of constructive geometrical art of the early 20th century. He played an important role in the arts development in Mauricie, teaching sculpture for 30 years and being one of the founders of the Visual Arts Department and Art gallery of the Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Throughout his career, he invested himself in the creation of various works integrating art to architecture in the City of Trois-Rivières, among others “Le couple”, two monumental cubic structures located at the UQTR’s main entrance.

PIERRE LANDRY

Silhouette rouge, 1969-2017,

acier, 1,60 m x 1,96 m x 1,27 m

Other creations are also parts of private and public collections, such as the City of Trois-Rivières and the Musée d’art contemporain de Montréal. He participated in various group exhibitions and was involved in cultural organizations, including the Biennale nationale de sculpture contemporaine, the Galerie d’art du Parc, La Fenêtre and the Centre d’art de Trois-Rivières.


The majority of the artistic work of the sculptor was made before 1998 and resumed in 2016. During this period, he devoted himself to his company UNICONCEPT which works with businesses and organizations in Québec. He acted as a consultant in applied design, produced industrial and architectural prototypes and carried out studies and research in close collaboration with architects, designers and engineers. Along with his passion, he worked at restoring vintage motorcycles and collection nautical and road vehicles with his accomplices and friends Gaétan Leclerc and Benoît Houle.


I had the privilege to meet Pierre Landry when I was Director of the Biennale nationale de céramique, of which he was named President in 1985. In 2003 the name change to Biennale nationale de sculpture contemporaine. For 33 years we have worked together through many challenges within the organization. He gave me near absolute trust and unwavering support during the 17 Canadian-international biennials that we have organized and presented. He was always present, attentive and in problem-solving mode. It was during these years that a great friendship was born.

PIERRE LANDRY

Nuit indienne, 1968,

acier, 50,8 cm x 30,5 cm x 17,8 cm

PHOTO : Chriistiane Simoneau

During my research through his archives and realizing the importance of my discoveries, his first solo exhibition in Trois-Rivières had to become a retrospective tribute exhibition so that the magnitude of this artistic richness would not be lost nor forgotten. This large-scale project, planned for the fall of 2018, made Pierre Landry’s eyes sparkle. Already weakened by illness, the sculptor got to work with great hope, strength and courage. In the spring of 2017, he finished and restored several pieces and began the creation of a large-scale work for the 8th Biennale nationale de sculpture contemporaine of 2018, as guest of honour. My accompaniment through the various stages of his work allows me to testify to the passion, the rigour, the perfectionism and the professionalism of this great artist.


This retrospective look at the sculptor’s artistic career is a special occasion to highlight and reveal to other artists, whether established or emerging, from here and abroad, the scope and significance of his work and its contribution to Québec’s cultural heritage. More than a hundred pieces by Pierre Landry will be presented at the Galerie d’art du Parc, the Centre d’exposition Raymond-Lasnier and the Galerie d’art R3, pieces through which he continues to live among us.


My sincere thanks go to Pierre Landry for his profound friendship, his great complicity and his availability until the last moments of his life. I would also like to thank his children Anouk, Isabelle et Étienne for their support, Lise Barbeau for her much-appreciated help, Marie-Andrée Levasseur, Marie-Eve Bérubé and the team of the Raymond-Lasnier Exhibition Center, Lorraine Beaulieu and Philippe Boissonnet of the R3 Art Gallery, Lynda Baril and Audrey Labrie of the Biennale nationale de sculpture contemporaine for their useful collaboration, video artist Carolane Saint-Pierre and Yves Brodeur for the remarkable video about the sculptor, poet Pablo Poblete for his precious and judicious advice, Gaston Bellemare and Maryse Baribeau of the Festival International de la Poésie, Monique Lamothe, Pierre Landry’s partner for his last three years of life, as well as the members of the Board of Directors and team of the Galerie d’art du Parc for their fruitful participation. The exhibition was also made possible thanks to the financial assistance of the Conseil des arts et des lettres du Québec, the Ministère de la Culture et des Communications du Québec, the Culture Trois-Rivières, the Syndicat des chargés de cours of UQTR, Université du Québec à Trois-Rivières, Pierre Landry’s son, Étienne Landry, and his son-in-law, Michel Lavergne and several private and public partners.

The exhibition Pierre Landry 50 years of creation, Hommage to the Man at the very heart of his work!


Christiane Simoneau, curator

General Manager of the Galerie d’art du Parc






Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant