Annie Pelletier

Recycleuse de banalité

Annie Pelletier, Évidemment et pour toutes ces raisons, simulation #13,
installation, 2007

Ça pullule, ça déborde, c’est partout. Ça envahit, ça s’accumule, ça traîne, on les tasse, les entasse, puis les jette.

Évidemment et pour toutes ces raisons : prendre ce qui est là et faire avec.

Ramasser, cumuler, récupérer. Placer quelque chose, là par terre, puis mettre autre chose dessus, puis l’autre en dessous, une autre à côté, la coincer, puis une autre et encore.

Évidemment et pour toutes ces raisons : prendre ce qui est là et faire avec.

D’abord un lieu, un mur, puis un bout de bois, un fauteuil, une boîte, une armoire, un panneau, un drap, une fenêtre, une table, un madrier, une échelle, un coussin, un bout de bois, un fauteuil, une boîte, une armoire, un panneau, un drap, une fenêtre, une table, un madrier, une échelle, un coussin, un bout de bois, un fauteuil, une boîte, une armoire, un panneau, un drap, une fenêtre, une table, de la lumière, un madrier, une échelle, un coussin...

En fait, prendre ce qui est là et refaire avec.

Écouter cet extrait
  [Télécharger le fichier]

Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant