Deuxième génération

La deuxième génération de la famille Godefroy, issue de Jean Godefroy de Lintôt et de Marie Leneuf, est composée de neuf garçons et deux filles. Ils ont tous porté le patronyme Godefroy auquel furent accolés les surnoms de Lintôt, de Normanville, de Vieuxpont, de Saint-Paul et de Roquetaillade, suivant en cela la tradition française voulant que l'aîné des fils garde le nom du père et que les puinés adoptent un surnom.

Quatre fils seulement des ancêtres Jean Godefroy de Lintôt et Marie Leneuf ont continué à transmettre le nom Godefroy ou l'un des surnoms. Ce sont:

II-I. Michel Godefroy de Lintôt (1637-1709), l'aîné, marié en 1664 à la parisienne Perrine Picoté de Belestre, fille d'un conseiller du roi. Militaire, propriétaire de la seigneurie Dutort (1668, bornée à l'ouest par la rivière Bécancour). Noblesse maintenue (1685), 12 enfants.

II-2. Louis Godefroy de Normanville (1639-1679), marié en 1663 à Marguerite Seigneuret. Procureur, propriétaire des seigneuries qui deviendront Pointe-du-Lac (1670) et d'un cinquième de la seigneurie de Lintôt. À son mariage, Marguerite Seigneuret n'a que neuf ans. Un seul enfant.

II-6. Joseph Godefroy de Vieuxpont (1645-1696/99), marié en 1675 à Catherine Poulin, fille de Maurice en mémoire de qui on donna le nom à la rivière Saint-Maurice. Marchand et militaire, propriétaire de la seigneurie de Vieuxpont (1667), située en face de l'actuel hippodrome de Trois-Rivières. Grands-parents de l'une des deux vraies Marguerite Volant qui ont inspiré l'auteur de la télésérie diffusée en 1997. 10 enfants.

II-7. Amador Godefroy de Saint-Paul et de Tonnerre (1649-1730), marié en 1675 à Madeleine Jutras puis en 1682 à Françoise Lepelé dite Lahaie. Marchand, propriétaire de la seigneurie de Saint-Paul au Labrador (1706). Sept enfants.

Les filles Godefroy:
Parmi les deux filles Godefroy, l'une est devenue religieuse et l'autre a épousé le normand Pierre Boulanger, sieur de Saint-Pierre. Ce marchand n'est pas l'ancêtre des familles Boulanger. Celles-ci descendent plutôt de Claude Lefebvre dit Boulanger. Les deux filles des ancêtres Jean Godefroy de Lintôt et Marie Leneuf sont:

II-5. Jeanne Godefroy (1644-1713), religieuse Ursuline, dite Mère de Saint-François-Xavier.

II-9. Marie-Renée Godefroy (1652-1736), marié en 1677 à Pierre Boulanger.

Les fils Godefroy sans postérité:
Cinq fils des ancêtres Jean Godefroy de Lintôt et Marie Leneuf sont décédés sans postérité, un à la naissance, un autre lorsqu'il était enfant, deux célibataires âgés dans la vingtaine et un dont la destinée est inconnue après avoir atteint l'âge de la trentaine. Il faut noter que Jacques reçut le surnom de Vieuxpont et qu'à sa mort, ce surnom fut transmis à son frère cadet Joseph. Ces cinq fils sans postérité sont:

II-3. Jacques Godefroy de Vieuxpont (1641-1661), célibataire, tué par les Iroquois en 1661.

II-4. Enfant anonyme masculin, mort à la naissance en 1643.

II-8. Pierre Godefroy (1651-avant 1666), mort enfant.

II-10. Pierre Godefroy de Roquetaillade (1655-1677/88), célibataire, propriétaire de la seigneurie de Roquetaillade (1675).

II-11. Jean-Baptiste Godefroy (1658-?), destinée inconnue après 1687.

Famille de seigneurs:
La famille Godefroy fut propriétaire d'une douzaine de seigneuries dans l'ancien gouvernement de Trois-Rivières: les fiefs et seigneuries Godefroy, Dutort, Roquetaillade et Yamaska, sur la rive sud du fleuve, ainsi que les fiefs et seigneuries Labadie, Vieux-Pont, Normanville et Pointe-du-Lac, sur la rive nord, auxquels s'ajoutent une seigneurie au Labrador et d'autres propriétés à Trois-Rivières.

La seigneurie de Tonnancour, connue aussi sous le nom de Pointe-du-Lac, est composée en réalité de quatre fiefs (Seigneuret, Dupuis, Normanville et Tonnancour) réunis ensemble en 1734, auxquels s'ajoutera une partie du fief Gatineau. Le premier de ces fiefs avait d'abord été concédé en 1656 à Jean Sauvaget et à Étienne Seigneuret, père de Marguerite Seigneuret. En 1670, il appartient à Louis Godefroy de Normanville, fils de Jean. À son décès en 1679, il passe à son fils René Godefroy de Tonnancour. En 1795, la seigneurie de Pointe-du-Lac quitte les mains de la famille de Tonnancour pour passer aux mains de la famille Montour. Elle fut abolie en 1854.

Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant